Comprendre les options binaires

Décriées et pointées du doigt notamment par l’AMF, les options binaires ne cessent pourtant de continuer à attirer les investisseurs néophytes en quête de rentabilité. Qu’est-ce qu’une option binaire ? Doit-on faire attention et si oui quels sont les risques ?  Voici une partie des questions que nous chercherons à élucider dans cet article.

Images de chiffres binaires

 Tout d’abord qu’est-ce qu’une option ?

Une option est un instrument financier qui donne le droit à un investisseur d’obtenir dans le futur un actif sous-jacent à un prix fixe. L’acheteur donne une prime au vendeur pour s’octroyer cette option. Imaginons par exemple que vous êtes convaincu que les actions de la SNCF vont être multipliées par 4 car ils vont d’après vous bientôt annoncer qu’ils n’auront plus jamais de retard.

Vous aller donc mettre une option d’achat sur le cours actuel et indiquer que vous souhaitez acheter un certain volume de ces actions dans trois mois au prix d’aujourd’hui. Le vendeur lui s’engage à vous céder ses actions SNCF au prix indiqué aujourd’hui dans trois mois contre une prime payée de suite.

Le principe est simple, l’option permet de limiter ses risques, en effet même si je suis sûr de mon coup, je ne risque que la prime ! Si l’action diminue et bien je n’exerce pas mon option. Par contre si elle augmente et bien je l’exerce et je n’aurais payé que la prime au vendeur.

Voici la courbe qui illustre le gain:

Graphique achat en dollars

Différence entre Call et Put

Dans le cas précédemment présenté nous étions sur un CALL. C’est-à-dire qu’effectuer un CALL vous permet de réserver l’option d’acheter un titre à une certaine valeur contre une taxe (la prime). Vous pouvez aussi vous protéger si vous pensez qu’une valeur va descendre, vous émettez alors un PUT.

Une option PUT vous permet de vous assurer en cas de perte. Ainsi si vous avec 100 actions d’une valeur de 90€ et que vous êtes persuadé que le cours va baisser, vous pouvez acheter un PUT. Contre un prime de 3€ par action (300€) . Si l’action descend à 80€ le détenteur des actions peut décider d’activer son option. L’investisseur ayant reçu la prime est alors obligé d’acheter les actions à 90€. Soit une perte de 700€. (Investissement de 9000€ pour acheter des actions d’une valeur de 8000€ et une prime précédemment touchée de 300€)

Si l’action finalement augmente, le détenteur des actions décide de ne pas activer l’option. Il a perdu 300€ d’assurance au profit de l’investisseur qui avait accepté une obligation d’acheter. Voici un graphique qui symbolise le gain sur un put de chez CaptaineConomics.fr

Graphique du cours de bitcoin

Options binaires : quels types d’options binaires ?

Il existe différents types d’options binaires. Premièrement existe l’option high/low appelée aussi cash or nothing. C’est la plus simple et la plus répandue. Sa simplicité fait sa force. Vous misez sur une tendance haussière ou à la baisse. Si vous avez vu juste alors vous remportez un gain, sinon vous perdez votre mise.

Autre option binaire que vous rencontrerez, le one-touch. Ici l’estimation est plus complexe puisque vous aller parier que l’action va atteindre un certain niveau à une certaine échéance. De la même façon c’est le jackpot si votre prévision se réalise. Dans le cas contraire vous perdrez tout. Au one-touch vient s’opposer le no touch : ici on parie que l’action n’atteindra pas une certaine valeur.

Dernier type d’option, l’option zone ou boundary. Ici on parie non plus sur l’atteinte d’un cours précis mais sur l’atteinte d’une zone.

Options binaires : comment éviter les arnaques ?

Les brokers fleurissent comme des champignons et il faut être en alerte sur les alertes de l’AMF à ce sujet. De nombreux sites sauront vous conseiller comme celui de brokers-option-binaire.fr afin de vous éviter toute erreur qui pourrait se révéler catastrophique.

Il faut savoir aussi qu’être gagnant sur le courtage d’option binaire est extrêmement difficile. Beaucoup plus d’investisseurs terminent ruinés que riches (à la différence des pseudo témoignages de nouveaux riches qui existent un peu partout).

Finissons par quatre conseils primordiaux pour éviter les arnaques :

1)      Vérifiez que votre courtier est accepté par l’AMF

2)      Vérifiez la protection des fonds proposés par le courtier

3)      Gardez une trace historique de chaque transaction

4)      Ne vous arrêtez pas au premier avis ou témoignage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *